Le secteur de la presse écrite est en pleine mutation : avènement du numérique, apparition des journaux gratuits, fusion ou alliances des groupes de presse consécutivement à la hausse des coûts de fabrication et de production, vieillissement du lectorat ou désintérêt des jeunes, etc. Tant d’éléments qui entrainent une diminution de la consommation du support papier et mènent à d’importants bouleversements du travail journalistique et du modèle de consommation de l’information. Les éditeurs sont donc amenés à repenser leur stratégie et leurs méthodes. Le secteur de la presse écrite est aujourd’hui à la recherche d’un nouveau modèle économique assurant sa pérennité.

Il apparait essentiel de réfléchir à des mesures de soutien et de pérennisation de ce secteur, symbole de la liberté d’expression et pilier de la démocratie. En effet, au-delà des contingences économiques, il importe de garantir la liberté de la presse qui est un des principes fondamentaux de nos sociétés démocratiques, reposant sur la liberté d’opinion et la liberté d’expression. Garantir l’avenir de la presse écrite passe donc par une réflexion et une action destinées à garantir le nécessaire pluralisme de l’offre d’une part, et le respect des principes telles la liberté et l’indépendance des journalistes et des rédactions d’autre part.

 

MES PROPOSITIONS POUR SOUTENIR LE SECTEUR DE LA PRESSE ECRITE QUOTIDIENNE FRANCOPHONE

  • ENSEIGNEMENT
    • Promouvoir l’utilisation de la presse à l’école comme outil pédagogique
    • Définir les besoins et attentes des enseignants en termes d’accès à la presse numérique
  • NOUVEAUX PUBLICS-CIBLES
    • Mettre en oeuvre de nouvelles opération favorisant l’accès à la presse quotidienne à des publics spécifiques
  • NOUVEAUX MODELES DE CONSOMMATION ET DE DIFFUSION
    • Mettre en place un Spotify de la presse c’est-à-dire un accès à un kiosque numérique grâce au paiement d’un abonnement
    • Utiliser des cartes prépayées, des bons ou des chèques
    • Distribuer les articles de presse via des podcasts natifs c’est-à-dire des contenus sonores conçus et réalisés pour le web et les applications mobiles
  • AIDES INDIRECTES
    • Dispenser partiellement du paiement du précompte professionnel les employeurs de journalistes salariés
    • Déduire de l’IPP les abonnement à la presse quotidienne
    • S’assurer que les droits d’auteur payés aux journalistes ne soient pas soumis au paiement de cotisations sociales
    • Exonérer de la cotisation foncière les entreprises de presse écrite pour les locaux qui accueillent leurs journalistes
    • Requalifier la location d’un rez-de-chaussée commercial à un libraire comme un loyer non professionnel et non plus comme un revenu
  • MESURES EUROPEENNES
    • Introduire, au bénéfice des éditeurs de presse, un droit voisin semblable à celui dont bénéficient les producteurs de films ou de musique
    • Mettre en oeuvre en droit national du taux de TVA réduit sur les livres électroniques et la presse en ligne
    • Veiller aux conséquences du projet de règlement européen ePrivacy pour les éditeurs de presse en termes de rentrées financières grâce à la publicité présente sur leurs supports numériques
    • Encourager une reconduction du contrat de concession de bpost pour la distribution de journaux et périodiques, tel que prescrit par les règles européennes relatives aux aides d’Etat en matière de services d’intérêt économique général